La divine mosquée de Casablanca

  • La journée : mardi 3 août 1999, Marrakech – Casablanca – Rabat

En matinée, départ de Marrakech pour Casablanca. Snack en bordure de mer et trempage express des orteils sur une plage de Casa. En début d’après-midi, visite guidée de la grande mosquée Hassan II. Tour piéton dans Casa, ville moderne, capitale industrielle et économique du pays. Transfert en car Casa – Rabat. Installation, repas et nuit à l’hôtel Majeliss de Rabat, situé en plein centre juste en face de la gare.

  • Le truc à voir

La grande mosquée Hassan II de Casablanca. Un monument majestueux et imposant, démesuré et luxueux, qui impressionne et laisse baba. Caro dira : « Je crois que c’est le plus bel édifice religieux que j’ai jamais vu… ».

La grande mosquée Hassan II à Casablanca

La grande mosquée Hassan II à Casablanca

La salle des prières inspire à elle seule le respect et l’humilité : on y pénètre déchaussés – mais jambes et épaules couvertes – et on s’arrête pour admirer, yeux écarquillés. Quelques chiffres témoignent de la dimension du bâtiment qui constitue la plus grande mosquée du Maghreb : construite aux deux tiers sur la mer, elle peut accueillir 25000 personnes à l’heure de la prière (et 150000 autres sur l’esplanade…), le minaret culmine à 200 mètres et le coût estimé de l’ouvrage approche les 5 milliards de francs.

  • Le coup de cœur…

…pour la grande mosquée Hassan II. Parce que c’est un bâtiment hors normes, démesuré et hors du temps. A titre de comparaison, le Routard dit que l’on pourrait faire tenir la cathédrale Notre Dame de Paris à l’intérieur de la salle des prières !

La mosquée allie la prestance et l’élégance des monuments du passé (elle est entièrement réalisée avec des matériaux nobles : marbre, bois de cèdre…) tout en bénéficiant d’aménagements modernes très discrets (ascenseur du minaret, toit ouvrant au-dessus de la salle des prières). En tout cas, elle affirme la volonté du défunt souverain Hassan II de laisser sur terre un monument gigantesque, pharaonique, digne de son règne. Le Coran ne demande-t-il pas à chaque musulman de participer à la construction d’une mosquée au cours de sa vie, pour gagner sa place au paradis ? Avec cet édifice, feu Hassan II peut réclamer un F4 sans problèmes…

  • Le coup de gueule…

…contre un snack à éviter sur la corniche de Casablanca. Il est 12h30, nous disposons d’une heure de temps libre sur la corniche de Casa pour nous restaurer et nous approcher de l’océan. Mais une mauvaise inspiration nous mènera jusqu’à un snack peu recommandable : mets douteux (omelette, crevettes), commande modifiée (mon menu salade pêcheur-omelette au fromage se transforme en cocktail de crevettes-omelette aux champignons), lenteur du service et escroquerie au paiement. Résultat : premiers signes de tourista et à peine le temps de tremper un orteil dans l’océan !

  • Portraits d’autochtones

Les habitants de Casa, occidentalisés au possible dans cette capitale économique et industrielle. Rien à voir avec la population des souks de Marrakech ! Les hommes ne sont plus en djellabas et les femmes ont tombé le voile et l’habit traditionnel. On se promène dans les rues et on pourrait se croire dans n’importe quelle ville européenne : circulez, y’a rien à voir.

  • Le régal du jour

Les gâteaux arabes, dégustés en soirée dans une pâtisserie traditionnelle de Rabat. Cornes de gazelle, gâteaux au miel ou aux graines de sésame… Nous n’étions sortis que pour accompagner nos compagnons de Lentilly à la recherche d’une petite douceur pour finir la soirée, et au départ, nous devions rester sages et ne rien acheter…Mais on a craqué devant la vitrine et on n’a pas regretté !

  • L’anecdote

La scène se passe au cours de chaque traversée d’une grande ville sur notre parcours. Ali prend le micro pour nous dresser un portrait de la ville, et à chaque fois, « nous sommes actuellement sur l’artère principale de la ville, l’avenue  Mohammed V … » (variante : l’avenue Hassan II). Il faut dire que les Marocains font preuve d’une imagination débordante pour nommer leurs rues et monuments, jugez plutôt :

  • A Marrakech, les deux avenues principales s’appellent Mohammed V et Hassan II
  • A Casa, on trouve la place Mohammed V et la grande mosquée Hassan II
  • A Rabat, on a le mausolée Mohammed V et la grande avenue Hassan II

A croire qu’il n’y a eu que ces deux personnages dans la fabuleuse histoire du Maroc ! Question : le nouveau souverain Mohammed VI va-t-il devoir créer de nouveaux boulevards et bâtiments ou va-t-il débaptiser ceux qui portent les noms de son père et de son grand-père ?

  • Voyage et gens du voyage

La région lyonnaise en force. En voyage organisé, on a l’occasion de rencontrer des gens venus de toute la France, comme ces deux dames venues ensemble de Lyon et Villeurbanne, ou ces deux jeunes couples originaires de Lentilly… Avec huit représentants, la région lyonnaise est en force, et nous ne sommes pas complètement dépaysés !

Quant à l’hôtel de Rabat, annoncé de moindre qualité, il reste très confortable même s’il n’y a ni piscine, ni bidet.

« A travers Marrakech, de la médina aux souks

Accueil cy-real.com | Maroc 1999 (index)

Rabat, ville impériale et solennelle »»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*