Route magique, soirée féérique

  • La journée : jeudi 12 août 1999, Ouarzazate – Marrakech
Village entre Ouarzazate et Marrakech

Village entre Ouarzazate et Marrakech

Tôt le matin (7h30), départ de Ouarzazate pour rejoindre Marrakech à travers le massif du Haut Atlas par la route du Tzi-N-Tchika , avec passage au col du Tchika, passage routier le plus élevé du Maroc (2260 mètres). Arrivée à Marrakech à 12h30 après 198 kilomètres (dont une bonne moitié de route très sinueuse…) Seconde installation à l’hôtel Paladien Tropicana de Marrakech. L’après-midi, excursion libre en comité restreint (Gaëlle et Christophe, Florence et Laurent, Caro et moi) dans les souks autour de la place Jemaal el Fna. En soirée, dîner spectacle à la Fantasia  » Chez Ali « . Nuit à l’hôtel Paladien Tropicana de Marrakech.

  • Le truc à voir

La route du Tzi-N-Tchika. Cette route incroyable (« l’une des plus belles du Maroc » dixit le Routard) relie le sud et le nord du pays à travers le Haut Atlas. Une route sinueuse au possible, occasionnant un voyage éprouvant mais époustouflant au milieu d’un décor naturel de première classe : sommets caillouteux ou verdoyants, bords de route à pic, panoramas sur la vallée et la chaîne du Haut Atlas…

La route du Tzi-N-Tchika entre Ouarzazate et Marrakech

La route du Tzi-N-Tchika entre Ouarzazate et Marrakech

  • Le coup de cœur…
Fantasia "Chez Ali" à Marrakech

Fantasia « Chez Ali » à Marrakech

…pour la soirée Fantasia « Chez Ali ». Un dîner spectacle dans la plus pure tradition marocaine. Dans un décor digne d’Eurodisney, 2000 convives peuvent prendre place tous les soirs en terrasse ou sous tente autour de la piste du spectacle. Après un repas traditionnel, copieux et succulent au cours duquel les groupes folkloriques se succèdent (chants, danses et percussions) autour des tables , les cavaliers acrobates s’élancent sur leurs fougueux chevaux berbères ; les arquebusiers font parler la poudre et le spectacle s’achève par un imposant défilé au son des percussions et des chants des groupes folkloriques berbères. On rentre en ayant le sentiment de n’avoir pas vu passer la soirée !

  • Le coup de gueule…

…contre le spectacle de la Fantasia, trop court et ne bénéficiant pas d’un éclairage à la hauteur. On se dit qu’avec les moyens du lieu, on pourrait faire encore plus grand, encore plus beau. Bref, on reste un peu sur notre faim – pour le spectacle, pas pour le repas !

  • Portraits d’autochtones

Les enfants des bords de route…
Ce sont ces petits marocains qui saluent le passage de notre car. Assis devant leur maison ou au beau milieu de nulle part, en train de jouer, de travailler ou de regarder passer les véhicules, ils nous adressent parfois un signe de la main, espérant un hypothétique retour de l’un ou l’autre de ces touristes campés derrière la vitre de leur aquarium roulant.

… et les chauffeurs de « Petit taxi » de Marrakech.
A bord de leur Fiat Tipo ou de leur 205 (je pourrais revendre ma voiture sans problème dans cette ville !), ils déjouent les pièges de la circulation à grands coups de volant – et de klaxon ; le frein n’est utilisé qu’en cas d’extrême urgence. On n’est pas vraiment rassuré pendant le trajet mais on arrive toujours entier et à bon port.

  • Le régal du jour

Le repas de la Fantasia « Chez Ali » : Harrira (la traditionnelle soupe marocaine qui met fin au jeûne du ramadan), méchoui, couscous aux légumes, corbeille de fruits et thé à la menthe. Une mention spéciale pour la viande d’agneau grillée du méchoui, qui devient un véritable régal relevé par une pincée de cumin. Quant au vin marocain que nous dégustons pour la première fois, le rosé se laisse bien boire mais le rouge est affreusement typé et limite imbuvable !

  • L’anecdote

La scène se passe dans une boutique de poterie en plein cœur des souks de Marrakech. Caro, avisant un mignon petit bol se renseigne auprès du jeune commerçant marocain qui vient de nous rejoindre.

Caro – Tu le vends combien ce petit bol ?
Le vendeur, peu souriant – C’est 40 dirhams.
Caro, ne doutant de rien – Quoi ? J’ai vu le même ailleurs pour 10 dirhams !
Le vendeur quitte alors la boutique pour entrer dans celle d’à côté.
Caro – C’est bon, il va se renseigner sur le prix.

Mais… le vendeur n’est jamais revenu. Il n’était disposé à aucune négociation et, devant l’offre méprisante de Caro, était tout bêtement parti se recoucher !

  • Voyage et gens du voyage

Roman d’une adolescente. C’est l’une des personnalités les plus attachantes du groupe. Elle a le charme et l’insouciance d’une jeune fille de 18 ans – ce qu’elle est. Femme-enfant, elle se montre aussi naïve et imprudente qu’elle sait être attendrissante. Et puis, ce sourire enjôleur qu’elle arbore en permanence lui autorise tous les écarts…

« Ouarzazate… et s’éclipser

Accueil cy-real.com | Maroc 1999 (index)

Du côté d’Essaouira »»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*